Lettre ouverte à Monsieur le bourgmestre
de la ville de Luxembourg

Publication | Luxemburger Wort

Quoique non directement concerné puisque habitant rue de Gasperich, je m’oppose pourtant formellement à cette décision, et ce dans l’intérêt général de tout le quartier et de la ville. En effet, ladite maison est partie intégrante d’un ensemble unique de maisons ouvrières, habitations à bon marché datant des années vingt du siècle passé. Elle appartient à un patrimoine architectural exceptionnel formant un ensemble, et dont la vaste majorité des unités a été rénovée avec amour et goût au cours des dernières années. Permettre la démolition d’une des entités détruirait à tout jamais l’harmonie qui s’en dégage.
 
Bien trop de péchés ont été commis – et sont en train d’être commis (voir la fameuse passerelle du Knuedler) – au cours des dernières décades dans notre ville, défigurant inutilement des ensembles harmonieux pour laisser la place à des horreurs architecturales. A Gasperich une telle entité stylistique appartenant à une même époque subsiste.
 
A l’actuel bourgmestre et à son conseil échevinal de décider s’ils vont la protéger ou bien s’ils vont autoriser en plein milieu de cet ensemble la construction d’une bâtisse moderne, inadaptée a priori de par son style. Dans l’affirmative, ils prouveront non seulement leur manque de goût et de sens urbanistique, mais ne démentiront point un responsable communal d’antan qui avait textuellement dit à mon père lorsqu’il avait osé intervenir contre la construction d’un immeuble de quatre étages à côté de notre maison unifamiliale à un étage non mansardé: «Mäi léiwen Här Schaack, wann Dir ewell esou vill fir den Aarmebüro vun der Stad Lëtzebuerg spendéiert hätt ewéi den Här G., da kënnt Dir och baue, wéi Dir wëllt».
 
Dans l’attente de votre estimée réponse veuillez agréer, Monsieur le bourgmestre, l’expression de mes sentiments distingués.
 
Raymond Schaack, Gasperich